Réapprendre à apprendre efficacement

Nous aidons des écoles secondaires à revoir leur manière d’apprendre pour les élèves qui ne parviennent plus à suivre.

Certains élèves sont performants dans leurs apprentissages. En primaire, ils retiennent leurs tables de multiplication. Ils mémorisent un poème en moins d’une heure. Ils comprennent un texte de deux pages contenant des implicites et des ambiguïtés. Ils parviennent à rester concentrés. Ils font tout cela naturellement sans apprentissage explicite.

D’autres n’y parviennent pas. Parfois, ils compensent par une grande vivacité d’esprit. Mais tôt ou tard, ils sont bloqués dans leur cursus, souvent dans la première moitié du secondaire. On a beau soigner avec eux les signes extérieurs d’apprentissage (propreté, cahiers, bureau rangé, horaires sains, etc.), rien n’y fait. Ils n’ont pas tant besoin de méthode que de se poser la question suivante :

“Comment fais-tu dans ta tête pour apprendre ?”

Et cette question leur semble bizarre. Ces élèves ne s’imaginent généralement pas qu’il y a quelque chose de particulier à faire dans leur tête. De plus, leurs camarades performants ne sauraient pas spontanément leur expliquer. Avez-vous déjà posé cette question à un enfant qui apprend ?

Notre démarche est double pour les stratégies d’apprentissage:

  • Personnaliser, développer celles qui conviennent le mieux aux apprenants ;
  • Désapprendre celles peu efficaces qu’ils ont parfois intégrées au profit de celles systématiquement utilisées par les élèves les plus performants.

Quels processus interviennent dans l’apprentissage? Certains élèves ont besoin qu’on leur enseigne les processus cognitifs pour maîtriser les savoirs, savoirs-faire et compétences. Il y a des réflexes à acquérir en amont de toute didactique des disciplines. Par exemple, avant de se poser la question « Comment expliquer la résolution de x – 3 = 2 ?« , il faut se demander « Comment les mécanismes généraux de compréhension fonctionnent ? »

 

 

Nous proposons à des classes et à des élèves à la maison de :

  1. Décontaminer l’erreur de la faute: faire des essais-erreurs est la manière normale d’apprendre,
  2. De distinguer le retard du trouble d’apprentissage, de pré-diagnostiquer celui-ci, afin d’adapter la manière d’apprendre aux difficultés,
  3. De prendre conscience de la stratégie qui fonctionne le mieux en fonction de la tâche, pour les élèves en général, ou un élève en particulier,
  4. D’apprendre à prendre conscience de ses processus mentaux, et de pouvoir communiquer sur ceux-ci dans un langage simple,
  5. De pratiquer des exercices directs et efficaces sur la durée, pour remuscler une démarche cognitive performante.

Contact : Fanny Demeulder – fanny.demeulder@vitam.org

Fanny Demeulder a permis à des douzaines d’adolescents décrocheurs de découvrir un sentiment d’efficacité face aux apprentissages, d’y reprendre goût et de retrouver une trajectoire scolaire satisfaisante.

Après avoir refusé une bourse de recherche, cette romaniste a démarré une carrière de professeur de français dans le secondaire supérieur. Progressivement elle a glissé vers une carrière de professeur « d’un peu tout » dans le 1er degré du secondaire, là où elle avait le sentiment d’avoir un impact décisif sur la trajectoire scolaire des élèves.

Fanny Demeulder est formée à la Gestion Mentale et à la Pédagogie PNL (Programmation Neuro Linguistique), et en troubles d’apprentissage, dans le but de débloquer les élèves qui ont des difficultés à apprendre : comment faire “dans leur tête” pour  être efficaces. Elle s’est aussi formée à l’Approche Neurocognitive et Comportementale et à la Discipline Positive pour mieux canaliser les problèmes émotionnels des élèves et leur permettre de retrouver une énergie scolaire.